11058213281r8oR.jpg

Durant presque un an, je suis allée dans une maison de retraite
m’entretenir avec Jospéhine. Quand j’ai commencé ce projet
je m’intéressais aux rides de la peau, et à des pathologies de
types Alzheimer. Joséphine est une des résidentes qui m’a le plus
intéressée par la complexité de son état, et aussi par les histoires
qu’elle invente. Entre la perte de mémoire et l’invention
d’un monde. La dégradation de l’élocution. La réinvention d’un
passé. Tous ces éléments provoquent un discours incompréhensible,
mais pour moi il est le reflet de sa mémoire, de son équilibre.
C’est à partir d’un enregistrement sonore d’un de nos entretiens,
que j’essaye de faire une «partition» de son esprit, de créer un
répertoire de formes qui me sera propre, comme une trace de sa
pensée, une évolution d’un langage devenu incompréhensible.
Facebook share Comment